Permis de construire contestés

Après étude sérieuse et avec notre avocat, nous examinons tous les permis de construire et déclarations préalables accordés par le maire d’EYSINES. Il faut être informé dès l’affichage sur le terrain car le délai pour attaquer est de deux mois à compter de la pose du panneau. Nous demandons une vraie réflexion collective sur l'urbanisme. Les habitants doivent y être associés. 

2020 - 2021 : Bourdieu Carpenteyre

 

Pétition en cours

176 ont signé. Prochain objectif : 200 !

 

Bonjour, nous vous invitons à découvrir et à signer la pétition que l'association E.P.B.E "Sauvons le Bourg" vient d'adresser au maire de la commune d'Eysines au sujet de la réhabilitation du Bourdieu de Ferron entrainant la destruction du porche, son élément architectural le plus original et le plus précieux.

 

Pour signer la pétition sur le site internet change.org nous vous invitons à cliquer ici

 

Sauvons le patrimoine du Bourdieu de Ferron

Une trouée de lumière. Au centre du bâtiment dit « Bourdieu (domaine) de Ferron » (anciennement « salle Carpenteyre ») datant de la fin du XVII° siècle, un porche de pierre, à voûte plate, s’ouvre sur le ciel et la campagne en contrebas. A certaines heures, un flot de lumière s’y engouffre, éblouissant. La mairie d’Eysines annonce la « réhabilitation » de ce bâtiment et présente dans son magazine de novembre 2020 la maquette du Bourdieu restauré : une insipide construction continue, uniforme, d’où a disparu ce qui faisait tout le charme de la vieille bâtisse : son porche, dont on nous précise qu’il sera « supprimé ». Le mot juste serait « détruit ». « Réhabiliter » signifie ici défigurer sans la moindre vergogne un bâtiment ancien en démolissant son élément architectural le plus original et le plus précieux. Certes, on avait déjà assisté à Eysines à la destruction d’un bourdieu, celui du 22 avenue de la Libération, lui aussi du XVII° siècle. Ici, on « réhabilite » : mais le remède est pire que le mal, et l’on a peine à croire que l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) et le Conseil d’Architecture et de l’Environnement (CAUE) aient pu donner leur accord à ce saccage. Nous n’avons pas encore connaissance du permis de construire et nous ne savons pas quand commenceront les travaux. Mais il est urgent de réagir aussi vite que possible contre cet acte de vandalisme. 21/11/2020

• Lettre du 6/04/2021 aux conseillers municipaux d'Eysines  ( cliquer ici pour voir le PDF )

• Article du journal Sud Ouest, 26/03/2021 : Une pétition ouverte pour le maintien du porche de la maison Bourdieu de Ferron ( cliquer ici pour voir le PDF)

• Pétition du 26/02/2021 de l'association EPBE pour la conservation du porche du Bourdieu de Ferron

( cliquer ici pour voir le PDF )

• Lettre à maire du 19/02/2021 ( cliquer ici pour voir le PDF )

• Recours gracieux du 22/01/2021 de l'association EPBE contre le permis de construire ( cliquer ici pour voir le PDF )

• Réponse de l'association Connaissances d'Eysines ( cliquer ici pour voir le PDF )

• Lettre  du 19/02/2021 de l'association E.P.BE à l'association Connaissances d'Eysines ( cliquer ici pour voir le PDF )

• Lettre d'E.P.B.E au maire et aux élus d'Eysines le 3 décembre 2020 ( cliquer ici pour voir le PDF )

 

• Tract "Saccage" de l'association E.P.B.E du 21/11/2020 ( cliquer ici pour voir le PDF )

photo porche ravalé  12mars 2021.jpeg
PHOTO AVRIL 2021.jpeg
Bourdieu Carpenteyre.png

 

 

2014 à 2018 : Société Bouygues Immobilier

6, 8 et 10 avenue de Picot 

Photo du chantier en janvier 2020

NON ! aux immeubles de 2 et 3 étages dans le bourg

 

• Tract : Non aux immeubles février 2015 ( cliquer ici pour voir le PDF)

 

Bouygues sacrifie des fruits pour faire ses choux gras

Deux énormes figuiers, un cerisier, un noisetier et un gros résineux on été détruits à moins de 500 m du pigeonnier et de la maison Guiraud, ces massacres sont possibles et approuvés. On nous promet en compensation des arbustes buissonnants …

Bouygues lutte.jpg

2014 : les riverains en lutte

Historique du procès contre la commune et la société Bouygues Immobilier

Le permis de construire délivré à BOUYGUES  par le maire, le 16 septembre 2014, relatif à  la construction de quatre immeubles collectifs de 3 étages et de 12 mètres  de hauteur situés 6, 8 et 10 avenue de Picot (en face du Bois Salut) était ILLEGAL. Les riverains ont saisi le tribunal administratif.

 

L’intervention de l'association E.P.B.E a fait que deux permis de construire modificatifs ont été délivrés les 23 février 2016 et le 7 avril 2016 pour corriger les irrégularités suivantes :

  1. Violation du PLU sur l’emprise au sol des bâtiments par laquelle le promoteur se  permettait d’augmenter la surface à bâtir

  2.  Surface de plancher non conforme à la loi avec la même conséquence

  3. Notice architecturale et paysagère  insuffisante

  4. Clôtures intérieures  inadaptées

  5. Enfin, l’Architecte des Bâtiments de France, les 20 août 2014,  20 novembre 2015 et  15 décembre 2015, niait la co-visibilité avec la maison GUIRAUD, monument historique. Plus de deux ans après, le 1 avril 2016, elle rectifie ses trois erreurs et reconnait que cette co-visibilité existe bel et bien.

 

Non contents de ces  régularisations insuffisantes, les sept riverains concernés par ces futures constructions ainsi que notre association ont tenté d’opposer d’autres arguments (volume, hauteur, défaut d’intégration..) qu’hélas les tribunaux n’ont pas acceptés. Nous avons été privés de faire appel devant la cour administrative d’appel à Bordeaux. Nous avons lutté jusque devant le Conseil d’Etat, en vain.

En conséquence :

  • Ces 4 gros et hauts immeubles en  béton lisse blanc seront construits

  • Qui plus est, situés  sur une butte,  ils surplomberont et défigureront notre vieux bourg.

 

Sachant que d’autres immeubles de la même hauteur sont en projet à proximité, vous EYSINAIS JUGEREZ DU DESASTRE et saurez le moment venu le sanctionner, étant donné que  madame le maire a le pouvoir de délivrer SEULE  les permis de construire, sans consulter son conseil municipal  (article L422-1 code l’urbanisme).    

De 2017 à 2020 : Société Nacarat

28, rue Gabriel Moussa et 43, rue de la Marne

Nous avons saisi le tribunal administratif pour demander l’annulation du permis du construire en date du 31 juillet 2017. Le promoteur a obtenu 2 permis modificatifs suite aux irrégularités, le 15/05/2018 et le 04/09/2018. Compte tenu des délais de procédure, les vendeurs de la maison du 43, rue de la Marne, dans la mesure où la promesse de vente était devenue caduque depuis janvier 2018, ont vendu la maison ancienne à Monsieur X. La vieille maison était sauvée. Les deux immeubles de la nouvelle résidence ne pouvaient plus être construits. Coup de théâtre, le 30 janvier 2020, Monsieur X a revendu la maison à la société Nacarat. Les deux résidences vont donc voir le jour. Dans l'immobilier, l'association E.P.B.E dénonce que le pouvoir financier et la spéculation prévalent sur la valeur patrimoniale du vieux bourg. Nous continuerons à lutter dans l'intérêt général. 

Nacarat.jpg
Nacarat.png

Simulation en 3D des deux projets de résidence Nacarat

Périmètre rouge : Propriété de la société Nacarat

Périmètre vert : Ancienne parcelle de Monsieur X rachetée par la Société Nacarat

Ancienne maison de Monsieur X sauvée de 2018 à janvier 2020 vouée à la destruction.

moussa2.png

Destruction de la maison le 15 décembre 2020

L'association E.P.B.E a obtenu les modifications suivantes : 

- La reconnaissance de la covisibilité par l'Architecte des bâtiments de France (A.B.F) depuis la Maison Guiraud

- Le déplacement de la rampe d'accès au parking de la rue de la Marne vers la rue Gabriel Moussa. La rue de la Marne a été mise en sens unique

- Mise à jour de la surface du local à vélos

- Mise à jour de la côte de seuil 

- Volet paysager réalisé par Agnès Brugeron avec la conservation des deux arbres existant : érable et sapin centenaire. Traitement paysager (végétal) des pignons nord 

- Mise à jour de la superficie du terrain de l'assiette foncière calculé par le géomètre.

2019 à 2020 : Thibaud DAWID

16 rue Raoul Dejean

M. DAWID a obtenu un premier permis de construire le 18 janvier 2019. Après notre recours gracieux auprès du maire lui demandant l’annulation de ce permis illégal, le permis a été retiré le 12 juin 2019. Les services d'instruction des permis de construire n'avaient pas pris la peine de contrôler la hauteur du projet. Le pétitionnaire proposait de construire une maison de 9 mètres de haut alors que le PLU exige un maximum de 7,5 mètres.

 

Un deuxième permis de construire a été accordé par le maire le 13/09/2019. Notre association a formé un recours gracieux car l'ABF une nouvelle fois a ignoré la visibilité et la covisibilité depuis la maison Guiraud. 

2019 à 2020 : Société Urbanismo

9, 11, 11bis rue Emmanuel Paranteau

La société Urbanismo est bénéficiaire d'un permis de construire en date du 16/05/2019. Après un recours gracieux auprès du maire infructueux, notre association a saisi le tribunal administratif le 21/10/2019 pour obtenir l'annulation du permis de construire.

Ce permis permet la démolition d'une maison appartenant à une indivision successorale et deux maisons, propriétés préemptées par la métropole. Ces trois maisons sont caractéristiques de l'architecture du vieux bourg. Le prétexte de l'emplacement réservé (alignement) noté sur le PLU est injustifié. Une nouvelle fois l'ABF a pris des décisions aberrantes contraires à la protection des deux monuments historiques.

Ces trois maisons apparaissent dans le cadastre napoléonien de 1811.

3 maisons en danger.jpg

Les trois maisons anciennes côté rue et côté jardin

IMG_0035 2.JPG

Projet des trois maisons avec étage qui, sur cette simulation 3D faite par le promoteur, ne respecte même pas l'alignement revendiqué